Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Salima Raoui

Artiste - Art Thérapeute Humaniste- Fondatrice de ECC/ABB

Salima Raoui

Comment savoir où se trouve notre mission aujourd'hui ? How do we know where is our mission today?

French and English article 

Aujourd'hui c'est mon 3eme dimanche à Rabat en tant que résidente , retour souhaité depuis un moment sur la ville de mon enfance...Le confinement m'a confirmé la decision d'aller vers là où mon coeur le désirait puisque depuis le mois de mars , je ne travaille plus en presentiel...

Un des avantages de ces restriction et distanciation sociales c'est que je peux travailler en distanciel aujourd'hui ,de là où je suis. Et puisque je ne peux plus voyager comme avant, alors autant aller vivre là d'où je n'aurais pas envie tous les 3 mois d'aller prendre l'air ailleurs ou quitter tous  les weekend pour retrouver mes amies de coeur et notre complicité joyeuse et donneuse de vie.

Je n'ai pas grandie entourée de cousins/cousines réels , ils vivaient ailleurs dans le pays d'origine de ma mère... alors je me suis créée toute une famille de cousins/cousines parmi les enfants des amis de mes parents et plus tard avec mes amitiés de 20 à 30ans. 

Et en cela je suis plus que reconnaissante car ces liens de jeunesse m'ont permis d'avoir et de garder des relations profondes d'amitié non polluées par les petites et grandes chamailleries  familiales qui peuvent avoir lieu entre les fratries parentales...

Aujourd'hui je reviens dans le Rabat de mon enfance dont je peux encore sentir l'odeur des arbres qui ont accompagné mes allers et retour chez l'épicier au quartier des Orangers, ces arbres avec des petites fleurs/graines rouges, qui embaumaient si fort quand on les écrasait! 

Ici à Rabat après 3 semaines d'arrivée et 5 ans d'absence, je retrouve mes repères en moins de deux. Car presque rien n'a changé. Rabat c'est une ville premier chakra pour moi, comme Washington Dc , elle est posée , ornée de ses monuments qui nous rappellent le passé et dans laquelle  bien d'autres avant nous ont vécu et contribué à l'énergie et la beauté de ses lieux.

A Washington une de mes dernières adresses était sur Embasy Row, Massahussetts Avenue et pas loin de la Washington National Cathedral où j'allais souvent me recueillir dans la petite chapelle au fond, et y allumer quelques cierges à la memoire de maman, mamie et pour toute ma famille.

A Rabat, une autre cathédrale m'accompagne maintenant du lever jusqu'au coucher et veille longtemps sur mon sommeil le reste de la nuit. J'habite en face de la plus grande cathédrale de Rabat , peut-être du Maroc ( à verifier avec celle de Casablanca) qui sera bientôt centenaire...construite en 1919 et finie en 1921...

Autour de la cathédrale il y a la place du Golan ( Al Joulane) ...et c'est de cette place que je veux vous parler ce matin..premier matin où ma muse "écrivaine" me lance des signaux pour aller me mettre sur mon clavier et vous parler. Vous parler de cette place qui passe tout au long de la journée par plusieurs humeurs, plusieurs atmospheres, sous mes yeux de témoin "voyeur", derriere mes fenêtres, bercée par les allers et venues du Tramway, qui prend et depose toute une foule diverses et colorées. 

Oui , car je vis au dessus de 2 stations de Tramways , qui se rencontrent sur des chemins différents...Une place de rencontre, avec tout ce mouvement continue et brassage de sons,  paroles, chants, guitare, chorale, boubous africain le dimanche jour de la messe...et tant d'autres choses. Le dimanche c'est toutes les langues de l'Afrique qui se retrouvent sur les marches de la cathédrale! 

Sur la place le soir, les jeunes viennent aussi se retrouver sur les marches cette même cathédrale avec leur guitare et leur joie d'adolescents ou de jeunes adultes car dans l'obscurité je ne les vois pas, mais j'entends leurs voix en choeur s'harmoniser sur des mélodies andalouses, gitanes , anglaises et hier soir...soufis! Quel cadeau ce mini concert en plein air, spontané et généreux, en ces temps ou les spectacles ne sont plus. Le soir le virus ou sa peur semblent avoir disparus le temps d'un petit concert de rue et que les jeunes reprennent leur droit à la joie collective!

Je sais que certains jugeront mais que d'autres se réjouiront. Il n'y a pas une seule façon de voir les choses. Il y a la peur et il y a l'amour...et entre ces deux emotions, il y a tout un dégradé de couleurs et d'humeurs!

Je n'ai pas écrit depuis le confinement, car quoi écrire, quoi penser, quoi avancer? Tout et son contraire? Rien et le silence? J'ai choisi d'agir dans le positif et la créativité et d'insuffler sur mes pages FB et ailleurs l'envie de créer , de rêver et de manifester un monde meilleur intérieur et extérieur. D'aucuns diront que je suis une optimiste idéaliste qui croit en la "magie" du pouvoir de la vision et de la pensée positive! Peut-être bien...

J'ai choisi de partager l'espoir, la vie, la joie et la couleur mais cela ne veut pas dire que je suis épargnée ni à l'abri de ce que cette situation globale a généré de soucis, stress, limites et restrictions. Moi aussi j'avais des rêves que je dois mettre de coté aujourd'hui, une exposition en solo attendue depuis des années qui a été avortée 1 mois après le debut du confinement, des sources de revenues arrêtées net, des billets d'avion payés que je ne peux honorer car l'un sur la France n'acceptent pas les citoyens américains et l'autre sur les USA desquels je risque de ne pouvoir revenir quand je le souhaiterais. Moi aussi j'ai eu des vacances annulées, des membres de ma famille pas revus, des amis pas retrouvés, une vie personnelle mise en veilleuse.

Pendant cet été le temps s'est arrêté mais j'ai pu cogiter et poser dans le temps et l'espace juste ce que je pouvais changer dans cette ouverture qui se presentait en Aout...Juste à temps pour chercher, trouver nouvelle demeure et déménager dans ma ville.

Alors que je peux me plaindre de la situation actuelle des choses dans toutes ces incertitudes, sur la place tous les soirs, un homme sans domicile fixe, vient deployer son lit roulé dans un sac en plastique noir sur son banc fétiche et preparer sa nuit en attendant que la place se calme et que tout le monde rentre chez soi. Des le matin , des les premiers mouvements de Tramway , il se lève et dans un rituel bien orchestré, rassemble méthodiquement toutes ses affaires et lentement quitte la pace pour  un ailleurs que je ne connaitrais jamais. Qui est-il, où va t-il, pourquoi vient-il dormir ici sur cette place qui reste éclairée toute la nuit? Est-ce la proximité du commissariat de police ou la présence protectrice de la cathédrale qui le sécurisent pour pouvoir dormir ainsi toute la nuit exposé sur la place? Et le soir du gros orage où a-t-il pu se réfugier ? Toutes ces questions qui ne trouveront jamais de réponses...

Je ne me plains pas car je sais que d'autres et d'autres encore plus dans la précarité vivent des moments difficiles. 

Je me concentre sur ce que je peux faire à mon niveau, sur ce que l'univers me demande de déployer et comment le servir au mieux de mes capacités, car je suis ici pour cela.

Ma peinture, mon livre, mes bijoux, ma couture attendront des jours meilleurs, pour que je puisse livrer ce pourquoi je suis venue ici sur Terre, l'experience d'une vie et un soutien psychologique et energetique en ces temps uniques. 

"Va vers ce qui t'appelle à plus grand que toi, c'est là où se trouve ton don unique et laisses toi traverser. La vie veut passer à travers toi, comme un ruisseau recherche l'océan, va à la rencontre de la grandeur en toi"

Comment savoir où se trouve notre mission aujourd'hui ? Et comment la partager? 

Il se peut que nous devions voir les choses différemment, changer nos habitudes, sortir de notre zone de confort, être assez audacieux pour accepter de voir les talents enfouis en nous qui peuvent contribuer à apporter des solutions plutôt que des problèmes à notre planète Terre.

C'est une action collective, une action d'amour et  de l'amour en action.

Restons à l'écoute de ce que l'univers nous chuchote depuis l'adolescence, car c'est à ce moment là  que nos talents et notre mission ont tenté de nous contacter avant qu'ils ne soient trop vite oubliés !

Je vous souhaite une belle semaine éclairée et d'aller à la rencontre de la Grandeur en Vous

Amour et Lumiere

Salima Luna "Celia" , Rabat Septembre 2020

 

 

French and English article 

Today is my 3rd Sunday in Rabat as a resident, a long wished return to my childhood city ... April to July lockdown in Casablanca  confirmed my decision to go where my heart wants to since I could physically no longer  lead nor receive  groups for my workshops  ... 

One of the advantages of this social restrictions and distancing is that I can work today from wherever I am and since I can't travel like I used to, I might as well go and live where I wouldn't have to leave  every 3 months  or  every weekend to see my family or childhood friends to nurture  our joyful and life-giving bond. 

I didn't grow up surrounded by real cousins ​, they lived elsewhere in my mother's home country ... so I created a whole family of cousins ​​with the children of my parents' friends and the friendship made in my twenties and thirties. 

And for this I am more than grateful because it allowed me to have and to keep deep bonds of friendship unpolluted by the small and big family bickering that can take place between parental siblings ... 

Today I live in the Rabat of my childhood, in which I can still smell the trees which accompanied my trips to and from the grocery store of our neighborhood, these trees with small red flowers / seeds, which smelled so strongly when we crushed them! 

Here in Rabat after 3 weeks of arrival and  5 years of absence, I find my landmarks right away!  Because almost nothing has changed. Rabat is a first chakra city for me ... like Washington DC, it is posed, adorned with its monuments reminding us of the past and its many inhabitants before us who have lived and contributed to its energy and beauty. 

In Washington Dc one of my last address was on Embassy Row, Massachusetts Avenue not far from Washington National Cathedral where I often went to pray in the small chapel at the back and lit some candles there for my mom, my grandma memories and my family.

In Rabat, now another cathedral accompanies me from morning until bedtime and watches over my sleep the rest of the night. I live in front of the largest cathedral in Rabat, perhaps in Morocco (to be checked with the one in Casablanca) which will soon be a hundred years old, built by the French in 1919 and finished in 1921 . 

Around the cathedral there is the square and it is about this square that I want to talk to you this morning. This first morning when my "writer" muse gives me signals to go to my keyboard and talk to you. To tell you about this place which throughout the day is passed by and through by several moods, several atmospheres, under my "voyeur" eyes and behind my windows, rocked by sounds of the comings and goings of the Tramway, which takes on and delivers a diverse and colorful crowd. 

Yes because I now live above 2 tram stations, which meet on different paths ... A meeting place, with all this continuous movement, sound and colors,  words, songs, guitar, church choir, African boubous on Sunday , day of the mass! Sundays all the langages of Africa meet and rejoice on the cathedral steps.

Evenings in  the square, a young crowd meets on the cathedral steps with their guitars. They might be teenagers or young adults  joy, in the darkness I can't see them, but I can hear their beautiful voices in chorus singing Andalusian, Gypsy, English and last night , Sufi melodies ...

What a gift with this mini open-air concert, spontaneous and generous, in these times when music, shows and concerts  are no longer alive. The virus seems to disappear in the short time-lapse of an evening  during this spontaneous street concert where young people can take back their right to collective joy! 

I know some will judge this but others will rejoice. There is no one way to look at it. There is fear and there is love ... and between these two emotions, there is a whole gradient of colors and moods 

I haven't written since the confinement, because what  was I to write, to think ? Everything and its opposite? Nothing and silence? I chose to act positively and creatively and instill on my FB pages,  here and elsewhere the desire to create, dream and manifest a better world inside out. Some would say that I am an idealistic optimist who believes in the "magical" power of positive vision and thinking! Maybe. 

I have chosen to share hope, life, joy and color but that does not mean that I am spared or immune to what this global situation has generated from worries , stress, limits and restrictions. I too had dreams that I must put aside today, a solo art exhibition expected for years which was aborted 1 month after the lockdown, sources of income stopped dead in their tracks, non refundable purchased airplane tickets  that I can not honor because one is for France which does not accept American citizens and the other for the USA from which I risk to not be able to return when I would like ... Me too I had vacations canceled, members of my family and friends not seen and a personal life put in the back burner. During this summer time has stopped but I was able to think about it and try to create  in time and space just what I could change in August ... Just in time to seek, find a new place to live in and move to my city. One week later they closed Casablanca again!! 

While I can complain about the current state of affairs in all these uncertainties, in the square every night, a homeless man deploys his bed rolled up in a black plastic bag on his favorite bench and prepares for his night while waiting to see the square calm down and everyone go home. In the morning, at the first movements of the Tramway, he gets up and in a well-orchestrated ritual, gathers his things and slowly leaves the square for an elsewhere I will never know. Who is he, where is he going, why does he come sleep here exposed in this square which remains lit up all night? Safety? The cathedral protection, or the police station nearby. Where did he sleep the night of the rainy storm? I will never know, just guess about how life has treated this man and why he has no roof above his head...

I'm not complaining because I know that others even more in precariousness are going through difficult times. 

I focus on what I can do at my level, what the universe is asking me to deploy and how to serve it better, because I am here for it. My painting, my book, my jewelry, my sewing, my traveling, my personal life will wait for better days ... so that I can deliver what I came here to Earth for, the experience of a lifetime which can support others in these unique times. 

"Go to what calls you to greater than you, this is where your unique gift is and let it blossom through you. Life wants to pass through you, like a stream seeks the ocean, go meet the greatness in you " 

How do we know where our mission is today? And how can we share it? 

We might have to look at things differently, change our habits, get out of our comfort zone, be audacious enough to see the gifts we carry which can contribute to bring in solutions rather than problems to our planet Earth.

It is a collective action, an action of love, and love in Action!

Let's stay tuned to what the universe has been whispering to us since adolescence, because this is when our talents and our mission were trying  to contact us, just before it could be so quickly forgotten! 

I wish you a beautiful enlightened week , and to meet the Greatness in You!

Love and Light 

Salima Luna "Celia", Rabat September 2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article